mercredi 27 avril 2016

LA FAMILLE ... DE MA FEMME !

C’est un post qui est toujours et plus que jamais d’actualité, un billet à lire et à relire.

Venir passer quelques semaines aux Philippines ou s'y installer définitivement, sont deux choses totalement différentes.

Si j'estime à cinquante pour cent les personnes qui, venues s'installer définitivement au pays des 7.107 îles, s'en repartiront dans les cinq premières années de présence sur l'archipel, je pense que dans  cinquante pour cent des cas ce sera du fait de ''La famille de ma femme''.

Rares sont les ‘’Kano’’ qui n’ont pas rencontrés quelques problèmes avec la famille de leurs femmes. Cela s’arrange parfois, mais n’oubliez jamais que c’est la première cause de retour à la case départ de ceux qui sont venus ici pour s’y installer ‘’définitivement’’. J’estime à plus de 50% les retours qui découlent directement des problèmes rencontrés avec la belle famille philippine.

Partant du principe qu’un homme averti en vaut deux, vous voilà prévenu.

Comme vous pouvez l’imaginer, je reçois de plus en plus de courriers de lecteurs de mes blogs. Pour la grande majorité des personnes qui ont l’intention, dans un délai plus ou moins long, de venir s’installer aux Philippines.


J’ai également pas mal d’amis expatriés avec qui je suis régulièrement en contact et je rencontre fréquemment de nouveaux arrivants dans les Malls et autres endroits fréquentés par les étrangers.


Parfois j'engage une conversation avec un de ces nouveaux arrivés, les questions et réponses sont presque toujours les mêmes.



D’où ils viennent ? Nous trouvons de nombreux américains, des allemands, des danois, des anglais, des belges, des suisses ... et quelques français, mais de plus en plus nombreux.

Nous abordons des sujets comme ce qu’ils font, depuis combien de temps ils sont ici, ce qu’ils pensent de leur nouvelle vie, etc. et nous en venons presque toujours à : « où vivez vous et pourquoi» ? Et je dirais que dans 95% des cas la réponse est la même : « Avec ou à proximité de la famille de ma femme».

C’est généralement une décision qui a été conjointement prise avant le départ pour les îles et cela se conçoit aisément. Pourquoi ? C’est très simple ! Le mari, qui a plusieurs fois visité les Philippines avec sa Pinay, a passé presque l’intégralité de ses séjours dans l’endroit où se trouve la famille de son épouse. 


Peut-être ont-ils fait quelques brefs séjours dans un lieu plus touristique comme Baguio, Boracay, Puerto Galera ou Cebu. En fait, ils ne connaissent absolument pas les Philippines, ils n’ont aucune idée des possibilités offertes par le pays en terme ‘’d’endroits où vivre vraiment heureux’’. Ville ou campagne, mer ou montagne, les petites îles des Visayas ou Mindanao, la côte océan pacifique ou la mer de Chine, Luzon ou Palawan … ? Et je pourrais citer des milliers de places toutes plus merveilleuse les une que les autres où il fait bon vivre.

Mais lui, le nouvel arrivant que connait-il réellement ? Ne pensez-vous pas qu’il se précipite un peu trop vite ?  Peut-être a-t’il même commencé à construire …

Vous pouvez être certain que si vous posez la question à un étranger qui se trouve toujours dans son pays, mais qui a l’intention de s’installer prochainement, où il a choisi de vivre, d’obtenir la réponse suivante : « Ma femme est de X, Y ou Z, nous allons vivre là». Et ils s’installent à X, Y ou Z, c’est le choix du lieu d’habitation de leur nouvelle vie.



De plus, lors de ses vacances dans la famille, l’étranger en visite a été enchanté de son séjour au sein de la famille de son épouse. La gentillesse, le sens de l’hospitalité et  le sens de la famille Philippine, dans laquelle un cousin au 3ème ou au 4ème degré est considéré comme un proche, l’ont enchanté. Il s’est senti très à l’aise dans cette famille pleine d’attention à son égard. Quel changement comparé à nos vies d’individualistes dans nos pays occidentaux !

Maintenant, si vous posez la question à un ‘’expat’’ qui vit aux Philippines depuis plusieurs années, où il a vécu et où il vit ici, vous obtenez généralement la réponse suivante : « Mon épouse est de X, Y ou Z et quand nous sommes arrivés nous nous sommes installés à X, Y ou Z». Après un, deux ou trois ans, nous ne pouvions plus vivre dans cet endroit et nous avons changé pour A, B ou C. Et quand vous demandez « Pourquoi ne pouviez-vous plus vivre dans cet endroit ?» Dans la plupart des cas la réponse est la même : «Il nous fallait nous éloigner de la famille de ma femme !».

Et c’est ainsi que cela se passe.


A vous qui projetez de venir vous installer prochainement aux Philippines à proximité de la famille de votre tendre moitié, mon conseil, prévoyez un plan B … au cas ou.
Pourquoi est-ce comme cela ? Je ne peux donner de réponse pour tous les cas, mais généralement, cela se passe ainsi. Vous avez décidé de vivre aux Philippines avec votre épouse et vous vous êtes installés à proximité de la belle famille. Vous louez une maison ou vous avez fait construire et dans ce cas la situation risque de se corser, à côté de l’habitation de vos beaux parents. 

La belle famille ce ne sont pas uniquement ‘’Nanay et Tatay ‘’ (Papa et Maman), comme cela pourrait l’être dans votre pays, ici la ‘’Famille’’ c’est 50, 100 individus (au minimum) et ils vivent groupés. Souvenez-vous de ce que je vous ai raconté, ici un cousin au 3ème ou 4ème degré est considéré comme un proche.
Bon, maintenant que vous êtes en train de vous installer que va-t’il se passer ?

Souvenez vous lors de vos passages dans la maison de vos beaux parents, vous étiez si heureux de voir plein de personnes autour de vous, c’était si vivant, si joyeux, les gens s’entretenaient avec vous, les enfants jouaient tout autour, c’était bruyant mais sympa ; De la nourriture vous était régulièrement apportée, la bouteille de SanMig renouvelée sans avoir rien à demander. Le paradis, je vis comme un roi au paradis pensiez-vous !



Ce qui va se passer c’est que ce ‘’joyeux circus’’ va maintenant se retrouver dans votre ‘’home, sweet home’’ et le paradis va se transformer en enfer. Vous allez vous retrouver avec du monde à la maison en permanence et ce à raison de cinq, dix, quinze individus qui vont passer leur temps chez vous, de jour comme de nuit. 


Votre espace de liberté va considérablement se réduire et votre vie privée ne plus exister.


Vous vouliez regarder un match de foot à la télé, dans le salon … c’est occupé ils sont plusieurs à regarder une ‘’télénovéla’’ et le volume est au maximum. Un tour dans la cuisine pour une SanMig fraîche, plus de SanMig dans le  frigo, quelqu’un est passé par là. Vos deux toilettes sont occupées et vous avez un besoin urgent …

De plus, du fait de la tradition locale, souvenez vous de certains de mes posts, vous avez obligation d’offrir de la nourriture et des boissons à vos visiteurs. Cela peut revenir cher si il y a dix ou quinze personnes qui se nourrissent régulièrement chez vous, et pas forcement les mêmes chaque jour.


Mais pour moi le plus grand problème reste le manque total de vie privée. Je me souviens m’être réfugié à plusieurs reprises dans ma chambre, afin de regarder tranquillement un match de foot, laissant le reste de la maison à mes (non) invités.

Un après-midi cherchant refuge dans ma chambre, j’ai eu la mauvaise surprise de découvrir que mon lit était occupé ! Deux cousines qui souhaitant se reposer au calme avaient squatté mon lit. Alors, à ce moment j’ai explosé et gentiment néanmoins, j’ai joyeusement viré toutes les personnes qui se trouvaient à la maison ce jour là. Et je dois préciser que nous nous trouvons à plus de 1.000 kilomètres du noyau familial de mon épouse ! Elle est originaire de Davao, au sud de Mindanao et nous vivons à Ternate, central Luzon. 


Oui mais, il y a plus de dix ans maintenant, c’est un frère, puis deux cousins, puis une sœur et trois cousines, puis, puis … qui sont venus s’installer à Ternate. Et ils se sont mariés, ont eu des enfants et ont de la belle famille … belle famille qui devient famille de mon épouse et on recommence le ‘’circus’’.

Aussi, en concertation avec ma femme et la famille de ma femme, nous avons mis de nouvelles règles en place. Seules les jeunes filles et femmes sont autorisées à rester pour dormir et à séjourner ; Les visites se font sur invitations et/ou lorsque qu’il y a une ‘’party’’ et il y a souvent des ‘’parties’’, etc.

Après une période de transition plus ou moins difficile, cela se passe très bien maintenant.



Il y a également une autre raison pour laquelle la plupart des étrangers installés aux Philippines s’éloignent de la famille : l’argent, les demandes incessantes d’argent de certains membres de la famille, souvent avec de bons motifs. 


Un gamin qui est malade ou la grand-mère … la motocyclette qu’il faut réparer, un petit capital pour monter un business, les frais d’agence pour aller travailler à l’étranger, etc.
C’est pour ces raisons de manque de vie privée et de demandes d’argent que la très grande majorité des étrangers qui vivent aux Philippines quittent, après un temps plus ou moins long, l’endroit initial où ils avaient programmé de terminer leur vie.

De plus si la maison se trouve dans un village, au milieu de rizières, accessible par un chemin de terre (inondé durant la saison des pluies) et qu’il n’y a aucune commodité à proximité … bonjour la retraite !
Maintenant imaginons que, préalablement à votre installation sur le pays, vous ayez fait construire … la maison de vos rêves ! 

Vous commencez à comprendre maintenant pourquoi je dis, écris et répète, surtout ne vous précipitez pas ? Louez pendant quelque temps et prenez votre décision en toute connaissance de cause.
Il est parfois bon de se mettre à bonne distance de la belle famille, mais sauf du fait de votre femme, ne coupez pas totalement les ponts, la famille peut également vous aider.

Commentaires, critiques et expériences sont les bienvenus.
N’hésitez pas à me contacter, je me ferai un plaisir à vous répondre.

Vous désirez avoir des prévisions météorologiques fiables sur typhons et tempêtes tropicales qui s’approchent des Philippines ?
                              - http://www.jma.go.jp/en/gms/
                              - http://www.usno.navy.mil/jtwc



Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.

Retrouvez-moi sur :
Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.


Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à plus de 3.000 mètres,
la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.

      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.




Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines



    


mercredi 20 avril 2016

PLAGE ET BAIGNADE ... À KAYOGNOK !

Dans quelques jours je vais fêter mes vingt années de présence et surtout d’une vie bien remplie aux Philippines.

Comme je le dis souvent, il y a beaucoup de bon, un peu de moins bon, mais je peux vous assurer que, dans l’ensemble, le bilan est largement positif. Si c’était à refaire je peux vous garantir que je signe immédiatement. Et je ne suis pas le seul, loin de là, à le dire haut et fort ; it’s more fun in the Philippines ! « C’est plus amusant aux Philippines ! »


                                                Ocean Villas Puerto Azul

Pour vous donner un exemple de la vie simple que je mène ici, je vais vous dévoiler ce que nous avons fait hier dimanche 16 avril 2016. L’idée germait depuis quelques jours, le ‘’Dragon’’ et les enfants semblaient partant et quelques achats effectués la veille confortaient mon opinion, nous allions faire une balade en mer avec toute la famille.

La Bangka, testée le vendredi sur un parcours d’une quarantaine de kilomètres, m’avait donné entière satisfaction ; le petit moteur diesel, bien qu’un peu bruyant, fonctionnait à la perfection.
Donc le dimanche, levé vers cinq heures trente, je passe à la barque pour les derniers préparatifs tandis qu’Hanna se mets aux fourneaux. Au menu Pancit Malabon et pâtes Carbonara.

Jerrycan d’eau potable, diesel, cordages, trousse à outils, bouées pour les enfants, la nourriture, des vêtements pour se changer, serviettes, assiettes, couverts et verres, tentes, glacière, etc. Le tout sera transporté par un tricycle loué pour l’occasion, un véritable déménagement, comme chaque fois que les Philippins vont à la plage. Ah, le ‘’Kaiser’’ est arrivé, il va aider à l’embarquement.


                                 La Bangka à l'ancre sur la plage de Kamandag

Huit personnes dans la barque et trois chiots qui vont prendre leur bain de mer afin de se débarrasser d’éventuels insectes. Le départ a été fixé à dix heures, mais sera retardé d’une bonne demi-heure du fait d’un moteur quelque peu récalcitrant. Il fume, mais refuse de démarrer, alors que testé moins d’une heure auparavant il tournait à la perfection.

Cela permet à Brandon et à sa compagne Joy, un peu en retard, de se joindre à nous.
Nous sommes désormais dix personnes, trois chiots et il reste de la place à bord, le tiers arrière du bateau n’est pas occupé. Démarrage du moteur revenu à de meilleurs sentiments, sortie de la rivière, passage des bancs de sable, puis cap sur la partie Est de l’île de Corregidor afin d’éviter les hauts fonds.

Je ne suis pas remonté suffisamment au Nord et nous nous trouvons bientôt dans des champs d’algues, la plaie du coin en cette saison. Avec des fonds qui varient entre six et huit mètres à cet endroit de la Baie, les sommets des algues arrivent jusqu’à la surface. Et ce qui devait arriver arriva, de nombreuses algues se sont enroulées autour de l’hélice et diminuent considérablement l’efficacité de cette dernière. Je stoppe le moteur et avec l’aide de mon fils aîné nous dégageons les algues de l’hélice.

                                                    Nous avons de la visite

Redémarrons et je zigzague entre les plaques d’algues en prenant un cap plus au Nord. Nous sommes désormais hors des champs d’algues et cap plein Ouest en direction de la falaise qui sépare Kayognok, notre destination finale, de Kaylabne.

Voyons défiler sur notre gauche les resorts de Bucana, de Dalaroy, du Ternate Beach Resort, de Roy Marcus, puis le complexe touristique de Puerto Azul et de ses annexes, un autre petit resort au fond d’une baie, avant de contourner une haute falaise survolée par de nombreux aigles et d’entrer dans la baie de Kayagnok.

Nous sommes un dimanche, durant la période des vacances et il y a là quatre ou cinq bangkas de touristes. Une activité de plus en plus prisée des pêcheurs locaux, le transport de touristes. Vu la raréfaction des poissons et crustacés, c’est pour eux une activité bien plus rentable que la pêche.

La Bangka est mise à l’ancre, les affaires amenées à terre à l’ombre des arbres, les tentes sont dressées, les enfants se baignent, les adultes boivent des jus de fruits et une petite bouteille d’Imperador pour les hommes. Il est midi, il fait chaud, très chaud, la température doit allègrement dépasser les 35º C et l’eau est à peine rafraichissante. Puis l’on attaque le Pancit, les pâtes et quelques gâteaux en dessert. Avons suffisamment de glace dans la glacière et les boissons sont fraîches à souhait, l’Imperador descend comme du petit lait.

                                                    Kayognok la partie Est

Nous passerons ainsi l’après-midi, entre ombres des arbres et baignades, entre manger et boire.

Pas de cris de singes se chamaillant aujourd’hui, il fait trop chaud, ils doivent faire la sieste. Même les oiseaux de la forêt se sont faits silencieux, écrasés par la chaleur qui règne. Seuls les aigles aux vols majestueux poursuivent leurs planés sur les corniches et la baie, j’en ai compté plus d’une vingtaine.

Je décide que le retour se fera aux alentours de cinq heures, ce qui nous laissera une heure et demie de jour pour rentrer, ce qui devrait être juste, mais suffisant.

                                                Kayognok la plage et la baie

Embarquement des affaires et des passagers, installation à bord… oui, mais le moteur est toujours un peu récalcitrant ou alors mes forces faiblissent. Le ‘’Kaiser’’ s’y essaye, mais lui aussi manque de forces et nous perdons un bon quart d’heure à démarrer.

La mer est plus calme qu’à l’aller, le vent a fortement diminué et les vagues sont moins hautes.
Néanmoins, nous sommes maintenant face au vent et au courant, donc nous allons nettement moins vite qu’à l’aller. Nous entrons dans la rivière alors que le soleil est passé depuis longtemps derrière les collines et c’est pratiquement de nuit que nous nous amarrons à l’emplacement habituel.

Retour à la maison où nous dînons de ce qui reste du déjeuner, Pancit et Carbonara, plus quelques fruits en dessert. Brandon se fend d’une bouteille d’Imperador que nous descendrons à trois dans la soirée, il faut dire que pour quelqu’un qui ne boit plus il a la descente rapide. Quant au ‘’Kaiser’’, bien qu’étant toujours dans sa phase d’apprentissage, je peux vous assurer qu’il apprend vite.

Ma fille aînée Hannica préférant les vidéos aux photos, je vais faire le nécessaire afin de vous mettre quelques photos de cette journée à Kayognok dans un prochain billet.


À toutes et à tous je vous souhaite une excellente journée, à bientôt sur nos îles.

Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.

Avez-vous lu mon Billet sur El Nido ? ICI

Retrouvez-moi sur :
Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.


Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à plus de 3.000 mètres,
la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.

      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.




Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines