lundi 20 mars 2017

BALIKBAYAN BOXES ... POUR LE RETOUR ?

Ces dernières semaines j’ai reçu par deux fois des courriels similaires, en provenance de personnes installées aux Philippines de longue date et ainsi rédigés : « Est-il possible d’utiliser des ‘’Balikbayan boxes’’ (des boîtes Balikbayan) des Philippines en direction de l’Europe ? »

Balikbayan box standard

Pour ce qui est de l’une de ces personnes, une relation de longue date, je me souviens qu’elle a utilisé le système des Balikbayan Boxes, il y a de cela quelques années, pour effectuer son déménagement  de France aux Philippines.

Pour ceux d’entre vous qui ne connaissent pas, je vous donne quelques informations sur ce que sont les ‘’Balikbayan Boxes’’. C’est, au départ tout du moins, un système de transport d’effets personnels destiné aux OFW, ces travailleurs philippins qui se trouvent à l’étranger et qui rentrent au pays. Soit qu’il rentre définitivement, soit qu’il rentre temporairement, le travailleur philippin aura la possibilité d’utiliser le système des Balikbayan Boxes.

Ce sont des boîtes en carton de différentes tailles et qui présentent le gros avantage de bénéficier de prix préférentiels pour le transport. De plus, le système est des plus simples. Le travailleur philippin se procure un ou plusieurs cartons, les remplit de ses effets et les remet au transporteur qui va se charger de l’ensemble des formalités.

Les prix sont fixés à l’avance, que ce soit en aérien ou en maritime et de plus très avantageux. Par exemple, une soixantaine d’euros (€ 60) pour une boîte moyenne (de l’ordre de 60 x 50 x 40 cm) de Paris à Manille en maritime et cent cinquante euros (€ 150) pour vingt-cinq kilos en aérien. Ne pas oublier que ce qui compte en aérien c’est le poids et en maritime le volume.

Quelques précisions et rappels

Il faut compter de dix à quinze jours pour le transport en aérien et quarante-cinq jours minimum en maritime. Précision qu’il s’agit de door to door et qu’il n’y a pas de formalités à accomplir.
Au fil du temps, le système a été de plus en plus utilisé par les OFW pour faire parvenir des ‘’cadeaux’’ à la famille restée sur l’archipel. Il est également utilisé par des occidentaux, généralement mariés à une Filipina, pour faire parvenir un peu de tout à la famille qui se trouve aux Philippines. Il est aussi utilisé par des couples mixtes qui quittent l’occident pour s’installer aux Philippines. 

Normalement, les Boîtes Balikbayan ne sont plus ouvertes par la douane, néanmoins, elles sont scannées.  

Un certain nombre de produits sont interdits à l’importation, je vous conseille de consulter la liste de ces produits, normalement disponible chez le transporteur, voire sur son site web.

Quelques liens :
http://www.visit-philippines.fr/php/freight.php?lang=en
http://www.balikbayan-cargo.com/
https://www.lvmcargo.nl/

NB : J’emploie volontairement le terme de transporteur pour simplifier ; mais il peut s’agir d’une agence de voyage, d’un transitaire, d’un consignataire, etc.

Donc, après avoir reçu ces mails, je me suis posé la question de savoir pourquoi ces personnes avaient besoin d’expédier des Balikbayan boxes des Philippines en direction de leurs pays d’origine ?

Tout simple, ces personnes, qui vivent ici depuis plusieurs années, ont pris la décision de rentrer définitivement. Ce qui a toujours été assez fréquent et qui est encore plus fréquent ces derniers mois.

En paquet cadeau

Si, nombreux sont ceux qui s’en sont retournés pour des problèmes comme le climat, la santé, l’incompatibilité avec la culture locale, la solitude, une séparation d’avec l’épouse philippine, etc. nous assistons ces dernier mois à des retours du fait de conditions économiques. Non revalorisation des retraites, forte inflation locale, difficulté à générer quelques revenus supplémentaires du fait de la crise économique qui sévit sur une grande partie de la planète… Ils sont de plus en plus nombreux ceux n’arrivent plus à joindre les deux bouts.

Sachant qu’une majorité souhaite quitter la France, principalement pour des raisons économiques et d’espace de liberté, je ne sais pas qu’elle va être leur vie une fois de retour dans l’hexagone.

Mais au moins auront-ils la possibilité de bénéficier des minimums sociaux et d’être assurés de ne pas mourir de faim. Ce qui peut ne pas être le cas sur l’archipel ; pas d’argent… tu crèves ! Sauf à être bien intégré, à avoir de la famille et de très bons amis.

Revenons aux Balikbayan Boxes.
Lors d’un déménagement, d’un pays occidental en direction des Philippines, j’ai toujours conseillé d’apporter un minimum de choses. Premièrement, nombre de vos effets ne vous serons ici d’aucune utilité ; si le courant électrique est bien du 220/240 volts, c’est du 60hz et le climat fait que vos beaux meubles risquent de ne pas y résister. Quant aux choses futiles, voire inutiles… je vous conseille de les oublier. 

Ce que les OFW envoient à la famille

Maintenant, dans l’éventualité où vous seriez obligés de vous en retourner, ne vous encombrez pas des affaires que vous avez pu accumuler ici. Vendez ou donnez, car le prix du transport d’Asie du Sud-est en direction de l’Occident est excessivement onéreux. Pourquoi me direz-vous ?
Tout simplement du fait que, s’il y a relativement peu d’exportation de l’occident en direction de l’Asie,  il y a énormément de choses qui sont exportées de l’Asie en direction de l’occident et les prix du fret automatiquement s’en ressentent.

Donc en venant vous installer ici, n’apportez que le strict minimum.

Si vous venez vous installer aux Philippines, pensez à deux fois qu’il vous faudra peut-être en jour en repartir et agissez en conséquence. N’apportez avec vous que le strict minimum.
Je sais, cela peut paraître relativement facile pour des jeunes, plus difficile pour des anciens qui ont accumulé des souvenirs tout au long de leur vie. Ah souvenirs, souvenirs.

Porte containers

Je dirais que pour voyager loin, il faut voyager léger.
Maintenant, rien ne vous empêche d’acheter ici meubles, électroménager, véhicules, terrain, maison, etc.
Que vous revendrez avant de partir, si jamais vous étiez obligé de vous en retourner.

Pour répondre aux mails reçus, il n’y a pas de Balikbayan Boxes dans le sens Philippines en direction de l’Occident.

À toutes et à tous je souhaite une excellente semaine, que la Force vous accompagne.

Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.

Retrouvez-moi sur :
Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.


Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à plus de 3.000 mètres,
la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.

      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.




Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines

jeudi 16 mars 2017

TAAL ... REVISITÉ !

Aujourd’hui nous allons rendre visite au lac et au volcan Taal. Un volcan actif, le deuxième plus actif des Philippines pour être précis, qui se situe à une cinquantaine de kilomètres dans le Sud de Manille. Afin d’éviter les embouteillages, monstrueux dans et à proximité de la capitale, nous allons partir de Ternate, notre petite ville qui se situe dans la province de Cavite, en limite de la province de Batangas.

Le cratère Binintiang Malaki.

Hier, en fin d’après-midi, nous avons récupéré un couple de connaissance à l’aéroport international de Manille, couple qui nous arrivait tout droit de Paris, après une petite escale à Doha.

Après un trajet d’un peu plus d’une heure, nous étions de retour à Ternate et je les installais dans la petite maison que nous avons au bord de la rivière. Je leur donnais alors deux heures pour se reposer un peu, se rafraichir et se préparer pour aller dîner.

Sachant qu’ils n’avaient que peu dormi durant les trente-six dernières heures, je n’ai pas souhaité les emmener trop loin. Lolo Claros à Maragondon, ville qui se situe à deux kilomètres de Ternate, a fait l’affaire pour le dîner. Lolo Claros, un petit restaurant simple, sans prétention, spécialisé dans le poulet de printemps et qui présente une carte néanmoins diversifiée. De plus, il y a de la San Miguel Light, même si cette dernière est en cannette d’aluminium… on ne peut pas tout avoir. Retour deux petites heures plus tard et au dodo pour ce couple qui se trouvait bien fatigué.

L'île et le cratère principal avec son lac

Ce matin, nous leur avons fait porter un petit-déjeuner complet, avec pan de sal, toasts, céréales et des fruits, dont quelques délicieuses mangues ‘’Carabao’’. Il est maintenant presque huit heures, le van et son chauffeur sont là, allons les récupérer. Et ils sont prêts, un exploit après leurs dernières quarante-huit heures bien mouvementées. Embarquement dans le van, van dans lequel nous sommes désormais six personnes : le couple, mon épouse et moi-même, le chauffeur, ici nous disons driver et ma fille aînée, qui n’ayant pas cours ce jour, a souhaité nous accompagner.

Et, en voiture Simone !
Nous passons Maragondon, puis les faubourgs (un grand mot) de Naïc et prenons à droite au niveau du Barangay San Roque… direction Indang, nous allons ainsi éviter Trece Martires, la capitale provinciale où il y a parfois des embouteillages. Moins d’une quinzaine de kilomètres entre Naïc et Indang, pourtant, sans nous en apercevoir, nous sommes passés d’une altitude de pratiquement zéro à plus de trois cents mètres. Indang… attention aux sens interdits, il y a un passage pour la montée et un autre pour la descente, mais tout ceci est parfois un peu compliqué, pour le cartésien que je suis tout du moins. Mais le chauffeur connaît, bien qu’il se soit retrouvé en sens unique et donc interdit pour notre véhicule lors de notre dernier passage.
Aucun problème et sachez le, tout s’arrange toujours aux Philippines ; de plus en souriant.

Prenons maintenant la direction de Mendez. Il y a également la possibilité de passer par Alfonso, mais… ne compliquons pas les choses. Peu ou pas de panneaux indicateurs, aussi faisons au plus simple, tout droit, vers l’Est, en direction du soleil.

Coucher de soleil sur le lac

Étonnant, il y a de nombreuses fleurs dans les jardins et même sur les bas-côtés de la route. Il faut dire que nous sommes désormais à une altitude qui avoisine les quatre cents mètres, l’air est déjà (légèrement)  plus frais. Un petit stop à une station d’essence, plus pour ces dames que pour remplir le réservoir. Je souhaite que les toilettes soient correctes, autrement je risque d’entendre parler du pays. Étonnant quand on songe que les Philippines sont tout de même plus le pays de mon épouse que le mien ; de plus, pour pisser, je me contente la plupart du temps d’un arbre et peu importe l’essence… de l’arbre. De plus, le van étant un Nissan diésel, peu nous importe l’essence. Stoppons là les digressions !

Mendez, encore cinq kilomètres et nous rejoignons la Hi Way, celle  qui va de Nasugbu à Tagaytay. Prenons à gauche, puis à droite, au niveau  de la fourche, en direction du centre-ville de Tagaytay.

Alors que Ternate se situe au niveau de la mer ou presque, Tagaytay, au niveau des contreforts tout du moins, se situe à plus de six cents mètres. Prenons à droite dans le centre-ville et là attention, sur quelques petits kilomètres de route en lacets et d’épingles à cheveux, nous allons passer de six cents à cinq mètres au-dessus du niveau de la mer, ce qui est l’altitude du lac Taal. L’endroit où un tandem, (vélo à deux places que je connais bien), a perdu ses freins… pourtant à disques.


Quatre à cinq kilomètres de descente vertigineuse et nous voici à Talisay, au bord du lac Taal.

Le cratère principal en 1901, sans le lac

La dernière fois que j’ai fait ce trajet, c’était sous des trombes d’eau et croyez moi, ne conduisant pas, je n’en menais pas large. Néanmoins, sans incident nous arrivons au bord du lac et je dirige tout le monde vers le Taal volcano observatory, Un endroit d’où il sera, pour tout un chacun, possible de prendre des photos extraordinaires du volcan et du lac.

Le patron de la Bangka, patron que j’avais pris la précaution de prévenir de notre arrivée, est là à nous attendre. Embarquement sur une Bangka et une petite virée d’une demi-heure sur le lac avant d’aborder l’île sur laquelle se trouve le volcan. Donc, nous avons une île, île qui se situe au milieu d’un lac qui est un ancien cratère, cratère qui se situe sur une île, tout cela au milieu d’un lac qui est une ancienne caldera, le tout sur l’île de Luzon, entre Océan Pacifique et Mer de l’Ouest des Philippines.

Débarquement sur l’île, au milieu du lac, là où se trouve le cratère du volcan et en route pour ce dernier distant tout au plus de deux kilomètres.
Il y a la possibilité de louer des chevaux, mais étant donné la condition physique de ces animaux, je déconseille vivement. Maintenant, si les choses s’améliorent, pourquoi pas !

Les personnes qui effectuent la visite de l’île qui se situe sur le lac et où se trouve le volcan, sont relativement peu nombreuses. De ce fait, la grande majorité des gens qui se contentent de visiter Taal en contemplant le volcan à partir des hauteurs, font une grossière erreur. Le petit cône que l’on peut apercevoir sur la partie Nord de l’île, celui qui est partiellement ouvert sur le lac, n’est pas le volcan. Pas le volcan actuel tout du moins. Ce petit cratère est le cône d’éjection de l’éruption de 1911, son nom Binintiang Malaki.

L'éruption de 1965

L'île est formée de la réunion de quarante-sept cônes de tufs, stratovolcans et autres cônes volcaniques culminants à quatre cents mètres d'altitude et dont certains sont encore immergés. Sur le flanc sud-ouest de l'île se trouve un autre cratère, le Tabaro, qui est le siège des dernières éruptions du Taal.

Le cratère actuel, celui qui est plus ou moins en activité, se situe au milieu de l’île, invisible même des hauteurs de Tagaytay et contient un lac duquel émerge une île minuscule.

Durant la période que je nommerai moderne, période qui s’étend de l’arrivée des Espagnols à nos jours, trente-trois éruptions du Taal ont été enregistrées ; la dernière datant de 1977.

En montant doucement vers le cratère principal en suivant un sentier sinueux, nous remarquons quelques habitations locales. Ce qui veut dire que des gens vivent et habitent ici et ce malgré le danger que représente le volcan toujours considéré comme actif. Lors de la montée il me semble apercevoir quelques fumerolles ici et là. De plus, l’odeur d’œufs pourris, caractéristique d’émanations de dioxyde de souffre, confirme que le volcan est toujours en activité.


Il fait chaud, mais ce n’est pas uniquement la température de l’air ; en touchant le sol de la main il est possible, à certains endroits, de ressentir la chaleur du sol. Il se passe quelque chose là-dessous ! Il se pourrait que de la lave en fusion ne soit pas très éloignée de la surface.

L’endroit est extrêmement poussiéreux, encore plus poussiéreux lorsqu’il n’a pas plu depuis plusieurs semaines. Aussi nous utilisons les masques de papier qui nous ont été donnés par le patron de la barque et nous les conservons durant toute l’ascension.
Néanmoins, je constate qu'il y a de plus en plus de végétation sur l'île, peu à peu la nature reprend ses droits.

Nous sommes maintenant devant le cratère principal, celui qui s’est rempli d’eau qui et qui forme désormais un petit lac. L’ascension aura duré un tout petit peu plus d’une demi-heure, sans forcer, à notre rythme. Néanmoins, il est temps de faire une petite pause, de boire et de prendre des photos. Malheureusement le temps est un peu brumeux et c’est tout juste si nous distinguons les pics et contreforts qui se trouvent par delà le lac principal.



Donc nous nous trouvons sur une île au milieu d’un lac.
Sur cette île se trouve un cratère rempli d’eau d’où émerge une île minuscule.

En 1901 s’est produite une éruption qui a créé un cône et un cratère à l’intérieur du cratère actuel, cratère qui est maintenant sous les eaux.
À cette époque, le lac qui se trouve devant nous n’existait pas, mais il y avait trois lacs beaucoup plus petits.

Sur l’île principale les spécialistes ont référencé quarante-trois cônes et cratères

Le lac Taal se trouve dans l’ancienne Caldera, le chaudron principal du volcan, celui qui a explosé entre 100.000  et 500.000 années avant notre ère. Les dimensions de ce lac : vingt-cinq kilomètres par dix- huit, une surface de plus de deux cents trente-quatre kilomètres carrés pour une circonférence de cent quinze kilomètres. Essayez d’imaginer l’apocalypse que cela à du être lorsqu’il a explosé.

Le lac, longtemps relié à la mer, a vu son accès à cette dernière bloqué par la grande éruption de 1754. Éruption qui a ravagé toutes les villes et les villages qui se trouvaient sur ses rivages et dont il est encore possible de voir les vestiges sous plusieurs mètres d’eau.

Alors que le soleil est au zénith et qu’il fait de plus en plus chaud, nous prenons le chemin de retour en direction de notre Bangka. Nous profitons de la fraîcheur relative durant la traversée et retrouvons notre chauffeur qui s’était assoupi. Les lacets, les virages en épingles à cheveux, mais en remontant cette fois-ci… ce qui est nettement moins impressionnant, mais tout aussi dangereux.

Vue de la ''Calderaa''

Il est une heure et trente minutes ;  la ‘’Rontonda’’, un grand rond point fleuri qui se situe dans le centre de Tagaytay et en avant pour le restaurant Joséphine où nous allons déjeuner. Nous en profiterons pour prendre quelques photos, il y a à cet endroit un point de vue qui embrasse l’ensemble du cirque de Taal. 

Impressionnant  et grandiose le précipice, cet à pic sur plus de cinq cents mètres de dénivelé. On en a le vertige. La brume s’est quelque peu dissipée et nous devrions réaliser de magnifiques clichés

Une fois rassasiés, le chauffeur nous conduira jusqu’à la ville de Taal. Nous visiterons la basilique de Saint Martin de Tours avant de nous rendre dans quelques boutiques où se vendent les Balisongs, ces couteaux papillons spécialités de la ville.

La basilique de Saint Martin de Tours

Puis ce sera le retour sur Ternate où nous dînerons d’un BBQ préparé dans le jardin terrasse.

Pour plus d'information sur le volcan et la lac Taal.


Vous avez des questions ? Laissez un commentaire ou contactez moi sur mon mail :
maretraiteauxphilippines@gmail.com

À toutes et à tous je souhaite une excellente fin de semaine, que la Force vous accompagne.

Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.

Retrouvez-moi sur :
Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.


Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à plus de 3.000 mètres,
la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.

      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.




Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines