mardi 28 octobre 2014

TROUBLES ... SOUS LES TROPIQUES !

Parfois, même les meilleurs plans ne fonctionnent pas !

Même si vous êtes extrêmement vigilant, même après avoir contrôlé les choses plusieurs fois, il y a parfois des éléments qui vous échappent, des données qu’il vous est impossible de maîtriser.


Vous aviez tout prévu, sauf l’imprévisible.

Certains me reprochant parfois d’avoir tendance à voir les choses trop en rose au sujet de la vie ‘’d’expat aux Philippines’’, je vais vous rassurer avec ce billet. Comme je le dis souvent, il y a ici, beaucoup de bon, un peu de moins bon, mais dans l’ensemble le bilan est largement positif.

Et je demeure ferme sur mes positions.

Mais il y a également, pour quelques-uns, ce petit peu de moins bon qui peut rapidement se transformer en catastrophe, en cauchemar pour certains.

Toute  l’histoire part d’un mail que j’ai reçu il y a quelques semaines et auquel j’ai mis du temps à répondre.

Pas facile, surtout que je ne connais que partiellement l’affaire, difficile de se faire une opinion en ne possédant qu’une version de l’histoire. Néanmoins, partons du principe que la personne qui m’a adressé ce mail dit la vérité, toute la vérité votre ‘’honneur’’…

Habituellement, je fais l’effort de répondre aux mails que je reçois dans les jours, disons entre deux et cinq jours, suivants leur arrivée dans ma boîte mail. Sauf, bien évidemment, à avoir le passage d’un typhon du type ‘’Glenda’’ qui me prive de l’internet durant plusieurs semaines.

Mais, après plus d’une dizaine de jours, je n’avais toujours pas répondu à cette personne, personne que je sentais profondément affectée par ce qui lui arrivait.  

Maintenant, aux Philippines comme ailleurs, mais peut-être plus aux philippines et dans ces pays que nous nommerons pudiquement ‘’exotiques’’,  y a-t-il quelques précautions supplémentaires à prendre. Plus particulièrement quand on est un ‘’Newbie’’, quelqu’un qui n’a que peu, voire pas d’expérience du tout à l’expatriation dans ce genre de pays. 


Un résumé du mail que j’ai reçu :

« Cela fait plusieurs semaines, peut-être plusieurs mois, que je ne lis plus vos blogs ; premièrement du fait de mon nouveau travail, mais également du fait que, quelque part, j’ai l’impression de me sentir coupable. »

Cela fait dix années que je vis en Europe avec mon amie philippine et je possède une maison, un petit business, en l’occurrence un petit resort, sur l’archipel. Cela va faire quatre ans maintenant que, suite à des problèmes de santé, mon épouse, sur l’avis de son docteur, passe de plus en plus de temps aux Philippines. Son dernier départ, de la terre écossaise où je vis et travaille désormais, date maintenant de plus de six mois et c’est à peine si j’ai de ses nouvelles. 

La plupart du temps son téléphone portable n’est pas joignable et je n’ai aucune réponse à mes mails.

Au tout début j’ai parfaitement accepté qu’elle éprouve le besoin de passer quelques temps dans son pays. De plus elle pouvait ainsi s’occuper du resort et entretenir la maison. Mais elle passe de plus en plus de temps dans son pays ; l’année dernière elle n’est restée que deux mois avec moi. Cette année elle est partie au mois de février et depuis… j’ai rarement des nouvelles. 

Et c’est moi qui m’occupe des enfants, des deux que nous avons eus ensemble et des deux qu’elle avait lorsque je l’ai connue.


J’en suis arrivé à la soupçonner de coucher avec son neveu, c’est lui qui s’occupe du resort quand nous sommes en Europe. De plus, j’ai récemment appris qu’il ne s’agissait pas d’un véritable neveu, mais d’un neveu adopté. La vérité est parfois plus étrange qu’une fiction, vous ne trouvez pas ?

Quand j’aborde ce sujet et que je lui fais part de mes soupçons, elle me répond sur un air hautain que je suis totalement malade et tordu d’avoir de telles pensées. 

J’ai essayé de contacter quelques membres de sa famille, mais je ne parle pas la langue et il m’a été impossible de recueillir des informations fiables.

Il y a un peu plus d’un mois je me suis résolu à faire appel à un détective privé.

Le rapport qu’il m’a fait parvenir ne laisse aucun doute sur l’infidélité de ma compagne. De plus elle et envisage de louer le resort à un Norvégien et de vendre une partie du matériel, il y en a pour plusieurs dizaines de milliers d’euros et de commencer une nouvelle vie à couler des jours heureux avec son amant.

Il y a quelques jours, après des mois de doutes, je lui ai fait savoir que j’étais au courant de tout. Qu’elle couchait avec son neveu, qu’elle voulait louer le resort à un Norvégien et qu’elle avait l’intention de vendre tout le matériel. Les bateaux, les moteurs, les matériels de pêche et de plongée, etc.


Ce qui me pose un gros problème financier, car si le resort est fini de payer, il n’en est pas de même avec les matériels qui sont à mon nom et sur lesquels je dois encore plusieurs milliers d’euros. Au téléphone, après avoir longtemps nié les faits et ce à la façon d’une hystérique, elle a fini par reconnaître les choses en se moquant ouvertement de moi.

Hier après-midi j’avais la visite de deux inspecteurs et d’une assistante sociale qui me faisaient savoir que ma compagne avait téléphoné à la police locale. Elle m’accusait de la battre régulièrement et que c’était pour cela qu’elle était partie se réfugier auprès de sa famille aux Philippines. Elle avait peur que je la tue.

Après leur avoir expliqué la situation, montré le rapport du détective et qu’ils aient interrogé les 
enfants, ils ont très vite compris la situation, de quoi il retournait exactement.
Comme je leur ai expliqué, comment pourrais-je battre une femme qui n’est jamais là, ou presque jamais là ? Et pourquoi reviendrait-elle parfois si je la battais réellement ?

De plus, elle a abandonné ses enfants, les deux qu’elle a eues avec un autre homme !

J’ai envoyé un mail avec toutes les explications à l’Ambassade de Manille, mais je n’en attends pas grand-chose. Même si j’ai les doubles des titres de propriété de la villa et du resort, les originaux sont aux Philippines, de plus les deux titres sont à son nom. Je possède quelques factures, à mon nom, des matériels, mais comment pourrai-je les récupérer s’ils ont été vendus ?

Je suis désespéré, je suis seul et abandonné, même si je le sens bien, les enfants sont de mon côté, les miens comme les siens. J’ai encore beaucoup de dettes, car si le resort est bien payé, je n’ai pas fini de rembourser l’emprunt qu’à nécessités son achat.


J’ai peur de retourner aux Philippines, de me retrouver en face d’elle et de sa famille, famille qui ne m’a jamais beaucoup aimé. Prendre un avocat ? Mais elle dispose maintenant de plus d’argent que moi pour le soudoyer.

Mes rêves de retraite aux Philippines se sont évanouis, envolés… je pense avoir été trop naïf.
Que puis-je faire ?

L’amour rend aveugle, mais il semblerait que parfois il rende également idiot.

Que répondre à cet homme que je trouve profondément affecté par ce qui lui arrive ?
Lui dire qu’il est un naïf, un idiot, un imbécile doublé d’un crétin, qu’il en tient une sacrée couche ?

Que voulez-vous que je réponde à une telle question ?
Lui dire que cela n’est rien, que tout va finalement s’arranger ?

Maintenant comme je vous l’ai dit, je ne connais pas toute l’histoire.

Quel âge a le Monsieur, quel est celui de la dame, depuis quand a-t-elle commencé à se rendre régulièrement sur l’archipel sans lui ?
Quel montant a-t-il investi, dans la maison, le resort et les équipements ?

Sans lui laisser trop d’illusions, mais néanmoins sans chercher à l’accabler plus que nécessaire, je lui ai suggéré de se rendre aux Philippines. Une fois sur place de rencontrer un avocat et, en se faisant accompagner par une personne de confiance, de confronter sa compagne et son amant.

Quelles sont ses billes, sur quoi va-t-il bien pouvoir compter pour une éventuelle négociation ?
Premièrement les enfants, les siens et ceux de sa compagne qui se trouvent en Écosse et qui demeurent sous sa seule autorité.



Les factures des matériels qui sont à son nom.
Eventuellement les mails qu’elle lui a adressé ces derniers temps en disant que tout allait bien, qu’il n’avait pas à s’inquiéter et… c’est à peu près tout.

Proposer de tout vendre et diviser par deux ?

Quels seraient les éventuels conseils que vous auriez à donner à cet homme ?

Sans être loin de là une généralité, ce genre de situation, avec quelques variantes, se répète régulièrement au pays des 7.107 îles. Il existe des moyens légaux de s’en protéger, encore faut-il  y penser dès le début de la relation.

Maintenant et là j’insiste sur la chose : marier ou prendre une compagne très jeune, trop jeune, mène souvent à la catastrophe. Refaire sa vie, lorsque l’on arrive à soixante-cinq ans, avec une jeunette de vingt ou vingt-cinq printemps, avoir des enfants et une vie de famille que nous qualifierons de normale, peut fonctionner pendant quelques années.  Mais que va-t-il se passer après dix, voire quinze ans de vie commune ?  À soixante quinze ans, pensez-vous pouvoir toujours assurer le service minimum ?


Un croulant qui s’écroule et une épouse garde-malade ?

Un Monsieur d’âge canonique et plus en âge de canonner ?  

Dans ce cas, prenez une maitresse, en lui proposant de l’entretenir.  



AU PARADIS, SOMMES-NOUS AU PARADIS, VIVONS-NOUS AU PARADIS ?

Nombreux sont ceux qui pensent que vivre dans un pays comme les Philippines, c’est un peu, beaucoup, vivre au Paradis.




Pouvons-nous dire que nous vivons au Paradis ?
Je n’ai pas encore vu Saint Pierre, mais j’ai néanmoins trouvé une clé.
J’ai vu Peter hier au soir, un ami allemand, mais vous pouvez me croire, il n’a rien d’un Saint.


Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.


Ainsi que chaque jeudi de 18 à 20 h, 12 à 14 h  en Europe sur Yahoo Messenger :
Pseudo < dtesteil >

Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.



Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à plus de 3.000 mètres,

la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.
         
      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.




Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines








vendredi 10 octobre 2014

INVESTIR AUX ... PHILIPPINES !

Investir aux Philippines ? Oui, mais dans quel(s) secteur(s) d’activité(s) ?

Vous êtes nombreux à avoir l’idée de monter une guest house, une maison d’hôtes dirions nous en bon français.



Vous pensez à faire construire votre home sweet-home sous les tropiques et à y ajouter une ou deux chambres que vous mettriez à la disposition de vos amis, des gens de passage, des touristes qui visitent l’archipel et qui ne savent où passer quelques nuits tranquillement.

Il faut avouer que, sur l’archipel, en dehors des endroits touristiques où la concurrence est sévère, il est difficile de passer une nuit en bord de mer pour moins de Php 1.500.

Une belle villa, avec piscine, un grand jardin ombragé par des cocotiers, des bambous, des manguiers, de nombreux arbres à fleurs, bougainvilliers, hibiscus, des pervenches de Madagascar, des plantes vertes un peu partout, le tout non loin de la mer si possible. Encore mieux, avec un bout de plage de sable blanc sur laquelle repose une bangka prête à emmener vos hôtes en mini croisière ou à la pêche…

Oui, mais ne rêvons pas de trop, les Philippines, pour l’instant tout du moins, ne sont ni les Caraïbes, encore moins la Thaïlande. Le nombre de touristes étrangers qui visitent l’archipel est limité et le pays compte 7.107 îles toutes plus belles les unes que les autres. Alors…
Monter un superbe ‘’resort’’ ?

Nombreux sont ceux qui ont eu cette idée et l’archipel est truffé de ces ‘’resorts’’, tous plus beaux les uns que les autres, installés dans des endroits paradisiaques et… qui sont désespérément vides tout au long de l’année.

Le rêve de beaucoup, qui se transforme en cauchemar !



Arrivés à l’âge de la retraite, le plus souvent mariés avec une ‘’Pinay’’, ils sont nombreux ces étrangers à avoir concrétisé le rêve de leur vie : être propriétaire d’un resort en bord de mer et recevoir de la clientèle étrangère qu’ils vont traiter aux petits oignons, comme des amis, non pas simplement comme des clients.

Australiens, Anglais, Allemands, Danois et même quelques Français se sont lancés dans l’aventure.

Étonnement, peu d’Américains et pourtant, ils sont les plus nombreux occidentaux sur l’archipel !
Le pragmatisme, le réalisme de certains qui connaissent mieux le pays que d’autres ?

Ils ont vendu tout ce qu’ils possédaient dans leur pays d’origine et ont fait construire, avec ce capital, leur rêve, leur resort. Pour ceux qui ont une bonne retraite, une bonne retraite selon les critères occidentaux, cela ne se passe pas trop mal. 

Une partie de la retraite passe dans la maintenance du resort qui, bon an, mal an, maintient son standing et peut continuer à recevoir une maigre clientèle permettant tout juste de couvrir une partie des frais fixes.

Pour les autres, ceux dont la retraite est un peu juste et qui comptaient sur les revenus tirés du resort pour vivre correctement, c’est la méga catastrophe. Les infrastructures, faute de maintenance, se dégradent peu à peu, avant que le superbe resort ne se trouve dans la totale incapacité de recevoir d’éventuels clients. 



Et no
us en voyons, de-ci, de-là, de ces magnifiques réalisations qui ne sont plus que ruines envahies par la jungle tropicale environnante.

Maintenant il est toujours possible d’installer son resort dans une zone touristique. Nous en avons quelques- unes sur l’archipel. Je pourrais citer Boracay, Panglao sur lîle de Bohol, Sirgao, Puerto Galera, El Nido, Samal Island, etc.

Mais elles sont peut nombreuses et les prix flambent. 
Aux dernières nouvelles il faut compter 80.000 pesos du mètre carré (€ 1.405) sur Boracay… pas à porté de toutes les bourses !

Investir dans l’élevage de poulets ou de porcs, dans un prochain post je ne manquerai pas de vous en parler.


Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.

Ainsi que chaque jeudi de 18 à 20 h, 12 à 14 h  en Europe sur Yahoo Messenger :
Pseudo < dtesteil >

Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.



Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à plus de 3.000 mètres,

la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.
           
      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.




Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines

lundi 22 septembre 2014

FUNG-WONG ... ET MAYON !


Encore de violentes rafales de vent ce matin 20 septembre ! 

Mais le plafond est remonté et l’on aperçoit désormais de lourds nuages noirs qui, sous forme de volutes, parcourent le ciel à grande vitesse. Hier le ciel était invisible, disparu dans les trombes d’eau qui nous tombaient dessus sous un angle de quarante-cinq degrés.



Pourtant, la Tempête tropicale ‘’Fung-Wong’’ se trouve bien éloignée, tout là-haut au nord de Luzon et elle se dirige maintenant en direction de Taïwan.

Que d’eau, une addition de la Bretagne et de la Normandie d’un mois de novembre qui serait particulièrement pluvieux. A la petite différence près que la température doit avoisiner les 26º Celsius. De nombreuses zones sont inondées, dont la ville de Manille où l’eau atteint parfois un mètre soixante dans les rues de certains quartiers de la capitale.  

Tout a commencé dans la nuit de jeudi à vendredi par de la pluie, une pluie de plus en plus forte. Et hier, nous avons eu une de ces rares journées sans apercevoir le soleil, une de ces journées sans luminosité aucune. Rare aux Philippines, sauf bien évidemment lors du passage d’un typhon. 

Vers quinze heures, alors que les rafales de vent augmentaient d’intensité, l’électricité nous a été coupée. Meralco, le distributeur local, l’équivalent d’EDF,  a décidé de nous priver de la fée électricité.


Mais c’est surtout dans la région d’Albay que la situation semble être critique.
En effet, le Mayon semble vouloir à nouveau faire des siennes.
Sommeil léger ou grand réveil ?    
  
         
Deux amis qui vivent sur la province d’Albay, l’un à Legazpi, l’autre à Santo-Domingo, m’ont fait part, ces derniers jours, d’un possible réveil du Mont Mayon. Ce ne furent tout d’abord que des fumerolles ; mais depuis quelques jours il crache des cendres et la lave en fusion coule le long de ses flancs.

Quarante mille personnes ont déjà été évacuées et ce n’est peut-être que le début de l’exode.
L’armée a été appelée en renfort.

Avec la Mousson qui se trouve renforcée par la Tempête Tropicale qui est passée au nord, car c’est plus une tempête tropicale qu’un véritable typhon, il se pourrait bien que les habitants aient à affronter des coulées de boues, de cendres et de roches. 

Les résidents de la province d’Albay, ceux qui vivent à proximité du Mont Mayon, se trouvent confrontés à une double menace : la menace d’une éruption majeure du Mayon et celle de fortes pluies apportées par la Tempête Tropicale qui localement porte le nom de ‘’Mario’’. Mario qui a renforcé la Mousson du sud-ouest et c’est cette dernière qui arrose copieusement l’est des Visayas ainsi que les provinces de Bicol et d’Albay. 

Néanmoins, le Gouverneur d’Albay Joey Salceda se montre confiant.
Il dit que les pluies incessantes qui affectent la province ont peu de chances de faire bouger les cendres et les débris qui se sont accumulés sur les flancs du volcan.

La pluviométrie enregistrée dans la nuit de mercredi à jeudi a été inférieure à 52mm, pas assez pour faire bouger l’accumulation des débris qui se trouvent au pied du Mont Mayon. Mais il ajoute que ses services surveillent d’un œil attentif l’évolution de Mario.

A 22 h 00 le jeudi 18, Mario se trouvait à 436 kilomètres à l’est de la ville de Baler dans la province d’Aurora, avec des vents qui ne dépassaient pas 65 kilomètres heure, 80 km/h dans les rafales.
Il se déplaçait à 26 km/h dans une direction ouest-nord-ouest.



La zone permanente de danger autour du volcan a été étendue, passant de six à dix kilomètres.

En 2006, les résidents d’Albay ont été victimes d’une situation similaire avec le passage du typhon Reming, en conjonction avec une éruption du Mayon. Des coulées de boues avaient alors submergé plusieurs villages, causant la perte de plusieurs centaines de personnes.

Malgré les fortes pluies qui tombaient sans arrêt, les autorités, avec l’aide de l’armée, ont réussi à déplacer près de 40.000 résidents afin de les emmener en dehors de la zone de danger, tandis que le Mayon montrait des signes de réveil de plus en plus évidents.

Les villages de Guinobatan, Malilipot, Camalig et Daraga, ainsi que les villes de Ligao et Tabaco ont été évacués, ce qui représente 38.119 personnes ou 7.575 familles.

Le 17 septembre ce sont 686 tonnes de dioxyde de soufre qui se sont échappées du volcan.
Une éruption majeure de type vulcanien est possible dans les semaines qui viennent.
Après les gens, ce sont les animaux qui devraient être déplacés et regroupés dans des endroits prévus à cet effet. Les animaux, y compris les chiens, seraient ainsi 35.000 à être déplacés.

Situé à moins de dix kilomètres des rivages de l’Océan pacifique, le Mayon, un cône presque parfait, s’élève, majestueux et grandiose, au milieu des rizières des plaines de la province d’Albay.

Un volcan actif, situé sur la ceinture de feu du Pacific, un cône  qui culmine à plus de deux mille quatre cents mètres, un cône dont les flancs pentus sont inclinés de quarante degrés.

Oui, il est beau, grandiose, majestueux, puissant, mais il peut également devenir terrifiant… n’oubliez jamais que cette merveille de la nature est également un monstre, un tueur !
Tel un Dieu, une divinité locale des temps anciens, il réclame régulièrement son lot de sacrifices.



Durant les quatre cents dernières années, ce ne sont pas moins de cinquante éruptions qui ont été répertoriées. La première ayant été rapportée par l’explorateur hollandais Joris Van Spilbergen en février 1616. La plus destructive semblerait être celle survenue le premier février 1814 (2.200 morts et disparus), mais nous ne possédons que peu d’information au sujet de celle survenue en 1766, éruption qui aurait provoqué une accumulation de cendres de plus de neuf mètres à certains endroits.

Plus récemment, en 1984 et après que plus de 73.000 personnes aient été déplacées, aucune perte humaine ne fût déplorée. Mais, en 1993 une éruption pyroclastique tua soixante-quinze personnes, majoritairement des fermiers des environs.

En 2006, ce n’est pas directement le volcan qui est impliqué dans la mort de plusieurs milliers de personnes en novembre de la même année, mais les conséquences de ses éruptions d’octobre. Le passage du typhon Durian provoqua des descentes de boues et de cendres qui engloutirent hameaux et villages, tuant par la même de très nombreux habitants.

Le 10 août 2008, une petite explosion au sommet éjecta des cendres à deux cents mètres au- dessus du cratère.

Le 10 juillet 2009, PHILVOCS, l’institut chargé de la surveillance des volcans, releva le statut du volcan du niveau 1 à l’alerte numéro deux (moderate), du fait que les fréquences séismiques atteignaient le niveau enregistré en août 2008. Puis ce furent les niveaux 3 et 4 d’alerte qui furent mis en place. Fin décembre, les secousses enregistrées approchaient les 500 par jour et les éjections de dioxyde de souffre atteignaient 8.993 tonnes.

L’alerte fût levée au début de l’année 2010.


Le 7 mai 2013, le volcan fît une éruption phréatique surprise qui dura soixante-treize secondes.
Des roches et des cendres s’élevèrent à cinq cents mètres au-dessus du cratère. Cinq grimpeurs furent tués, quatre touristes, dont trois étaient allemands et le quatrième espagnol, ainsi que leur guide philippin.

Le 12 août 2014, c’est un dôme de lave de 50 mètres qui apparaissait au sommet du cratère, depuis les choses ne vont pas en s’améliorant et le niveau d’alerte est actuellement de 3… sur 4.

Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.

Ainsi que chaque jeudi de 18 à 20 h, 12 à 14 h  en Europe sur Yahoo Messenger :
Pseudo < dtesteil >

Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.



Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à plus de 3.000 mètres,

la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.
             
      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.




Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines