vendredi 25 novembre 2016

PLAGES ... PHILIPPINES !

Plages aux Philippines, j’aurais dû ajouter ‘’Épisode 1’’.

Lorsque l’on entend parler des Philippines, lorsque l’on écoute une conversation au sujet des Philippines, vous pouvez être certain qu’à un moment ou à un autre de la discussion, vous allez entendre le mot plage (ou beach en anglais, aplaya en philippin).


Les Philippines ont un nombre incalculable de plages. Il est évident qu’avec 1.701 îles et quelque chose comme 36. 284 kilomètres de côtes… vous allez trouver de très nombreuses plages le long du littoral découpé et irrégulier de l’archipel.

Combien ?
Difficile à dire, des milliers certainement, mais je pencherais volontiers pour des dizaines de milliers, sans grande chance de me tromper.

Durant mes presque vingt années de présence au pays des 7.107 îles, j’en ai vu et visité des plages. Mais une petite centaine peut-être, pas plus, ce n’est rien en comparaison de toutes celles que l’on peut trouver sur l’archipel. 

Je suis persuadé que tous ceux qui sont venus  aux Philippines, ne serait-ce qu’une fois, ont été à la plage, sur une des plages de l’archipel, il est impossible d’y échapper. 


Mindoro Island

Si vous regardez une carte routière des Philippines, vous constaterez rapidement que, hormis quelques rares grands axes, la majorité des routes longent les côtes. Très peu de routes à l’intérieur des terres, peu de transversales, ce qui veut dire que les villes sont généralement situées en bord de mer. Manille, Cebu, Davao, Dumaguete, Iloilo, Bacolod, Batangas, Legazpi, San Fernando la Union, Vigan, Laoag, Aurora, Daet, Butuan, General Santos, Zamboanga, Puerto princesa, etc. Le Nord de Luzon est un peu une exception : pas de route sur la côte Est, la côte pacifique (ou alors juste quelques chemins) et quelques routes qui traversent la ‘’Cordillera Central’’.

Santa Maria Davao Del Sur

La majorité des petites îles des Visayas possèdent une seule route qui en fait le tour, l’intérieur est isolé.
Sur l’île de Mindoro, deux fois grande comme la Corse, une seule route côtière et qui encore n’en fait pas complètement le tour.
L’intérieur des îles est souvent difficile, pour ne pas dire impossible d’accès.

La plupart des plages ne sont pas accessibles par les terres du fait qu’il n’y a pas de route pour y accéder.
Les routes côtières, en fonction de la configuration du terrain, se situent parfois à plusieurs kilomètres du rivage.

La seule solution, posséder ou louer un bateau et là attention ; les conditions de navigation sont souvent difficiles au travers de l’archipel et les cartes marines pas toujours très fiables. Il est préférable de se faire accompagner par un local qui connaît le coin et qui saura éviter les pièges… même de gros navires se font parfois (souvent) avoir. Écueils, bancs de sable, courants, conditions météorologiques difficiles et rapidement changeantes, etc. Sachez que de nombreux navigateurs, venus des Amériques et qui ont traversé le Pacifique sans problème, se trouvent en détresse une fois entrés dans le dédale des îles de l’archipel. Mieux vaut prévenir que guérir.



Si des villes comme Baguio, Benguet, Angeles City, Tarlac, Tuguegarao,  se trouvent dans les terres, il n’en demeure pas moins vrai que la majorité des centres urbains se trouvent sur les côtes et donc la plupart du temps à quelques minutes à pied d’une plage. 

De nombreux étrangers vivent au bord de plages, ce qui n’est pas le cas des Philippins qui préfèrent se regrouper dans les centres villes et le long des axes routiers.
De nombreux villages de pêcheurs et même quelques villes d’importance, ne sont desservis par aucune route ; le seul accès se fait par la mer. Donc, nous pouvons dire que, quel que soit l’endroit où l’on se trouve aux Philippines, il est aisé de trouver une plage à quelques minutes du lieu où l’on réside.

Santa Maria Beach

Maintenant, quel genre de plage aimez-vous ?
Nous avons des plages qui sont très fréquentées, des plages peu fréquentées et des plages totalement désertes.
Maintenant votre choix peut se faire en fonction de la couleur du sable : blanc, doré, jaune, rose, beige, marron, gris, noir… que préférez-vous ?

Parmi les plages les plus réputées nous pouvons citer Boracay (White Beach), une autre White Beach, mais à Puerto Galera cette fois, Nacpan à El Nido, Santa Fe sur l’île de Bantayan, les plages de l’île de Malapascua, la plage du Shangri-La de l’île de Mactan, Paradise Island sur l’île de Samal. Ce sont là quelques-unes des plages les plus fréquentées… principalement par les touristes étrangers, car le Philippin, la mer, en général il n’apprécie pas de trop.

Boracay

Boracay est une destination très populaire pour la jet set philippines, mais aussi et surtout pour les touristes étrangers, le petit Copa Cabana local. C’est non seulement une des plus belles plages des Philippines, mais également une des plus belles plages au monde. De nombreux magazines et revues touristiques considèrent Boracay comme l’une des plus belles destinations ‘’plage’’de la planète.

Mais, à mes yeux cela ne présente pas que des avantages.
Dix kilomètres carrés, quinze mille habitants et un million six cent mille touristes en 2015 !
Boracay, en dehors de ‘’sa plage’’, ce ne sont qu’hôtels, resorts, restaurants, bars et magasins de souvenirs.

Souhaitez-vous visiter Boracay ?
L’avez-vous déjà visité ou avez-vous l’intention de vous y rendre prochainement ?
Je m’y suis rendu une première fois tout au début de mon séjour sur l’archipel, cela fait presque vingt ans maintenant, une deuxième fois plus récemment. Pas vraiment mon truc, pas réellement ma ‘’cup of tea’’. Mais pour celui qui a l’envie de se défouler, pour celui ou celle qui aime la vie nocturne et faire la fête, c’est l’endroit ! Je n’ai rien contre le lieu, c’est vraiment superbe, mais tous ces touristes…


Boracay

Balades en Bangka, paraw, jet-ski, plongée sous-marine, snorkelling, ski nautique, pêche, flyboard, planche à voile, kit-surf, etc. tout ceci est disponible à Boracay et il en est de même sur une petite dizaine de plages Philippines. S’il y a du monde, donc des clients, il est possible d’investir dans les infrastructures et les attractions.

La plage de Santa Maria, dont je vous livre quelques photographies, se situe à une cinquantaine de kilomètres de Davao City, une heure et demie par la route. Vous constaterez que la plupart du temps vous êtes seuls, ou presque. Il peut y avoir quelques pêcheurs préparant leurs barques, quelques jeunes enfants venus s’amuser dans les petits rouleaux qui parfois se forment au bord de la plage, mais c’est tout !

Pour vous donner une idée je vais vous parler des plages de l’île de Samal, l’île qui se trouve en face de la ville de Davao City.

Samal Island c’est une île qui s’étire du Nord au Sud sur environ trente-cinq kilomètres, pour une largeur qui ne dépasse pas quinze kilomètres. L’on y trouve les trois différents types de plages, à savoir : bondées, parfois fréquentées et désertes.



Pour les personnes de la ville de Davao qui se rendent à Samal, la plage qui est certainement la plus populaire se trouve être Paradise Island, mais c’est souvent la foule. Pourtant, nombreux sont ceux qui aiment, de plus l’on y trouve toutes les facilités.
La plage de sable blanc, longue de huit cents mètres, offre pour les amateurs le Sun, Sand and Blue Waters, ‘’partagé’’.

Maintenant, en descendant vers le Sud,  vous allez trouver des plages de moins en moins fréquentées et du côté de Talikud island, des plages totalement désertes. Pour ceux qui souhaiteraient le calme et la tranquillité, je conseillerais la côte Est de Samal. Si de nombreuses plages sont de sable gris, il existe quelques exceptions : la plage de Canibad par exemple, mais également plus au Sud du côté de Pangubatan et de San Remegio. 

Néanmoins, sachez que la grande majorité des plages se trouvent sur la côte Ouest de l’île.  
Il existe aussi quelques plages intéressantes sur la côte Ouest de l’île de Talikud, mais il vous faudra pour cela utiliser un bateau.


À tous et à toutes un excellent week-end et pour ceux qui sont dans le froid et la grisaille, sachez que nous subissons une Dépression Tropicale, qu’il pleut et qu’il ne fait pas très chaud. Tout juste 28º C. J’ai passé la nuit avec une couverture et je vais mettre ma petite laine.  

Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.


Retrouvez-moi sur :
Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.


Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à plus de 3.000 mètres,
la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.

      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.




Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines




jeudi 3 novembre 2016

ISLAMISME ... LAÏCITÉ ... ET RÉPUBLIQUE !

        
C’est un billet que j’écrivais il y a presque un an.

J’ai longuement, du fait de l’aveuglement de nos concitoyens, hésité à le poster sur un de mes blogs.
Néanmoins, je pense qu’il est temps, compte tenu de la situation actuelle, de vous faire savoir qu’elle est ma position vis-à-vis de l’islam et plus particulièrement de l’Islamisme.


La laïcité est un concept inacceptable pour un vrai Musulman. Il n’y a donc pas de façon, pour un bon Musulman, d’être un bon citoyen français.

Il y a incompatibilité. Aussi longtemps qu’on ne tient pas compte de cette incompatibilité, on est dans l’incompréhension ou l’hypocrisie… et on raconte n’importe quoi. Il est inintelligent de discuter d’une relation Occident-Islam avec des Musulmans à partir des principes et des critères de l’Occident.

Cette vision totalitaire que préconise l’Islam n’est pas absurde, ni intrinsèquement mauvaise. Rien ne dit que ce n’est pas celle qui prévaudra, car notre démocratie, devenue pure corruption, est loin aujourd’hui d’avoir le haut du pavé dans ce débat. Je dis seulement que l’Islam et notre vision occidentale du monde sont incompatibles. Il n’y a rien à gagner à vouloir les faire cohabiter.

La démonstration que des Musulmans ne peuvent être acceptés en Occident se  termine, quand on accepte que la fusion entre le religieux et le politique – qui est essentielle à l’Islam – fait de tout Musulman un objecteur de conscience à toute gouvernance civile dans tout pays où ne s’applique pas la charia. Il ne peut se soumettre de bonne foi aux lois d’un pays comme la France, et ne peut viser qu’à renverser cette gouvernance. 


Est-ce le citoyen que l’on veut ? 

Comment le Musulman, qui ne peut reconnaître la légitimité absolue de la loi française en France, aurait-il sa place en France ?

Quand on parle des Musulmans « modérés », on joue sur les mots et on triche. Si un Musulman est modéré au point de vouloir s’intégrer à la vision du monde d’un citoyen laïque de France, il n’est plus un Musulman. Il est un « laïque postislamique », comme il y a des millions de « laïques postchrétiens » en Occident.

Ce n’est pas lui qui fait problème. Il est aussi assimilable que tous les autres qui sont venus et dont les enfants ou petits enfants sont indiscernables des autres citoyens de souche. Le postislamique est le bienvenu, quel que soit son pays d’origine ou sa couleur de peau.

Le problème, c’est celui qui veut rester un Musulman et qui donc demeure imperméable à l’idée de la séparation entre la religion et l’État. On ne réglera pas ce problème en jouant sur les mots, mais en disant clairement que ce Musulman n’a pas plus sa place en Occident que je n’aurais la mienne à La Mecque. Je suis en principe passible de la peine de mort si j’entre à La Mecque.

Beaucoup de gens imaginent La Mecque comme le Vatican : une église et quelques dépendances. La Mecque est en fait une ville plus populeuse que Marseille, dont l’existence comme entité civile indépendante de son caractère religieux est niée au point que les non-musulmans n’y sont pas admis !  Comment mieux exprimer que l’Islam et État sont indissociables ?


Je précise que je n’ai pas de querelle avec l’Islam. Seulement avec l’Islam en Occident… Le problème que pose l’intégration de cette minorité en France découle de cette fusion-confusion entre religion et identité. Beaucoup de  postislamiques ne demandent sans doute qu’à être intégrés et assimilés. Ils  se disent Musulmans, simplement parce qu’ils ne savent pas se définir autrement que comme Musulmans ! Problème tragique, car leur volonté d’intégration est perçue par les autres comme une apostasie.

Leur assimilation est alors rendue plus difficile dans le contexte d’une contrainte et de l’ostracisme de leur communauté. D’où cette notion qui semble paradoxale, mais qui est pourtant bien évidente, que l’intégration des « postislamiques », qui peuvent devenir d’excellents citoyens en France, sera d’autant plus facile qu’il y aura moins de « Musulmans » en France.

Respectons les droits acquis de ceux qui  sont déjà parmi nous…. Mais n’en acceptons plus !

Sur ce, je vous souhaite à tous, Musulmans, Catholiques, Protestants, Orthodoxes et autres, une excellente journée, ''Que la Force soit avec vous''.


Expériences, avis, critiques et commentaires, comme d’habitude sont les bienvenus.


Retrouvez-moi sur :
Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.


Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à plus de 3.000 mètres,
la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.

      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.




Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’'

              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines




                                                                                                                                             

vendredi 26 août 2016

IMELDA ... VOUS CONNAISSEZ ?

  Vous connaissez, ou tout du moins vous avez entendu parler un jour d’Imelda Marcos'

Nous nous souvenons d’Imelda pour son immense et démesurée collection de chaussures (3.000), son amour des arts, ses bijoux et de son inébranlable loyauté à son mari l’ancien Président Ferdinand Marcos (décédé en 1989).

La collection de chaussures

Son influence était telle que certains n’hésitaient pas à la considérer comme une version philippine de Jacqueline Kennedy. Le mot ‘’Imedelfic’’, qui peut se traduire par ostentatoire et extravagant, lui a été attribué, une sorte d’héritage de la place qu’elle a tenu (et tient toujours, en partie tout du moins) dans l’histoire philippine.

Mais en dehors du personnage public, de ce que vous ont montré les faiseurs d’images, que connaissez-vous vraiment de la vie de celle qui fût la première dame des Philippines durant plus de vingt ans ?

Avez-vous simplement une idée de pourquoi elle collectionnait les chaussures ?

Elle est née à Manille le 2 juillet 1929 sous le nom de Imelda Remedios Visitacion Romualdez et son surnom est Steel Butterfly, ou en français le Papillon de Fer !

À gauche Imelda bébé, à droite sa mère le jour de son mariage

S’il est vrai qu’elle est issue du riche clan des Romalduez, la famille d’Imelda était considérée comme la branche pauvre de la famille. Son père, Vincente Orestes, était un passif, un homme qui n’avait pas terminé ses études d’avocat, bien loin de ses frères qui allaient plus tard devenir des politiciens influents.

Veuf d’un premier mariage et avec cinq enfants de sa première femme, Vincente Orestes se remarie avec Remedios Trinidad, une jeune interne d’un couvent catholique réputé. Le 2 juillet 1929, la jeune mère donne naissance à un beau bébé qui sera appelée Imelda Romualdes.

Malheureusement pour Remedios, sa vie avec Vincente sera loin d’être un conte de fée. Les enfants du premier mariage en ont contre leur père pour ne pas les avoir consultés au sujet de Remedios. Ils canalisent leur colère contre cette dernière, la forçant à aller vivre dans le garage avec son enfant. Ce qu’elle accepte, afin d’éviter que le conflit ne dégénère.

Vivre dans le garage était un combat de tous les jours pour Imelda. Car il faut savoir ce qu’est un garage aux Philippines. Un ‘’carpot’’, c’est ainsi que l’on nomme un garage, se compose de piliers de ciment, d’un toit plat de ciment, d’un sol également de ciment et généralement surélevé, ceci afin d’éviter les inondations fréquentes au pays des 7.107 îles. 

Pas de murs, donc bien évidemment ni portes ni fenêtres, le carpot est ouvert à tous vents et bien souvent à la pluie qui arrive quasiment à l’horizontale.

Imelda vers vingt ans

Estrella, la servante qui demeurait avec Remedios et ses enfants dans le garage, raconte que : « Il n’y avait pas de lit dans le garage, nous dormions sur des planches calées avec des boîtes de lait, tandis que Remedios s’allongeait sur une grande table au milieu du garage. La nuit, je l’entendais parfois étouffer des sanglots et je n’ai jamais compris pourquoi, à ces moments là, elle ne souhaitait pas avoir ses enfants auprès d’elle ».

Quelques mois après avoir donné naissance à son sixième enfant, Remedios s’éteignit suite à une pneumonie. Pour ceux qui connaissaient ses souffrances, elle serait morte du fait d’un cœur brisé.   

Un jour, une employée de la famille eut tellement pitié de voir tout le temps Imelda marcher avec des chaussures percées et informes, que malgré ses faibles gages, elle lui acheta une paire de chaussures neuves.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         Devenue la première Dame des Philippines, Imelda n’a jamais fait allusion à ces souvenirs douloureux du passé. Elle souhaitait oublier si fortement qu’elle envoya un jour un bulldozer raser le garage dans lequel elle avait vécu une partie de son enfance.

Ironiquement, elle va se servir de son histoire de Cendrillon pour tenter d’attendrir le Jury de New York, alors qu’elle se trouvait devant une Cour Fédérale pour des accusations de fraudes et de racket.

Avant le Président Marcos il y eut le Président Quirino !
(Président des Philippines de 1948 à 1953)

Le Président Aquino / Imelda la Rose de Tacloban

Bien avant qu’Imelda rencontre Ferdinand Marcos, un autre Président, le Président Elpidio Quirino était tombé fou amoureux de la jeune ‘’Rose de Tacloban’’. Il faut dire qu’à vingt ans elle était au sommet de sa jeune beauté. Même dans une foule elle sortait du lot, sa beauté était remarquable et cela ne prit que peu de temps avant que les gens de Leyte ne se mettent à l’inviter à l’occasion de divers événements ; entre autres des fêtes de charité, des fiestas et des parades. 

Du fait de sa belle voix et son étonnante beauté les Leyteños étaient fièrs de l’inviter pour recevoir leurs visiteurs de marque ; l’un d’entre eux se trouva être le Président Elpidio Quirino.

Quand il visita Tacloban en 1949, le Président Quirino fût honoré d’un banquet suivi de festivités qui eurent lieu à l’Université du Monde Divin, the Divine World University. À cette occasion la jeune Imelda Romalduez chanta plusieurs chansons pour  l’invité de marque et le Président Quirino fût immédiatement captivé.

Il fût tellement subjugué par la jeune femme qu’il aurait dit un jour à son Ministre des finances Pio Pedrosa, qu’il songeait sérieusement à lui faire la cour (on faisait encore la cour aux Philippines à cette époque). Il faut préciser que le Président Quirino était veuf à cette époque, néanmoins il avait cinquante-neuf ans en 1949 !

Imelda et Ferdinand Marcos

Toutefois, le Président Quirino réalisa par la suite qu’une telle initiative pourrait tout simplement ruiner le prestige attaché à la fonction suprême et son plan d’épouser la jeune Imelda ne se concrétisa jamais.

Il y a une histoire concernant Imelda et les Beatles que j’adore… mais nous aurons certainement l’occasion de revenir sur les frasques et extravagances d’Imelda Marcos.  

Je vous souhaite un excellent week-end et que la Force soit avec vous.


Retrouvez-moi sur :
Les articles de ce blog sont © Copyright protected. Leur reproduction, mise en réseau public ou privé, sous quelque forme sont interdites sans l'accord préalable de l'auteur.


Prendre sa retraite aux Philippines,
Pourquoi ?
7107 îles, plus de 36.000 kilomètres de côtes,
   des  milliers de plages de sable blanc, le soleil toute l’année ;
des montagnes qui culminent à plus de 3.000 mètres,
la jungle, les forêts, des paysages grandioses.

Une population chaleureuse et accueillante, des tribus colorées.
Un excellent service de santé à un prix abordable. Le coût de la vie,
   un des plus bas au monde ; de nombreux avantages offerts aux retraités,
pas d’impôts ni de taxes.

      Rendez-vous sur la page livres pour en savoir plus.




Épouser une Femme Philippine”,

sous titré, 

Chercher Trouver et Marier une Pinay,





S’adresse à tous les hommes occidentaux  qui souhaitent trouver aux pays des 7.107 îles celle qui deviendra la compagne de leur vie.


Un livre complet qui aborde tous les sujets sans tabous.

Plus d’information sur la page ‘’livres’’



Mon petit livre 

101 façons de Générer des Revenus aux Philippines, pour y vivre’’ est maintenant disponible. 




Vous trouverez plus d’information sur la page ‘’Livres’’



 EST-ELLE réelle ?
              Est-elle celle qu’elle
                Prétend être ?

Enquêtes et Investigations
                   Aux Philippines